Publié le 02 mars 2021

Avant la réalisation des travaux de réaménagement de la place Foch, au plus tôt au second semestre 2022, un diagnostic archéologique est nécessaire. Celui-ci a été programmé en 3 phases pour limiter son impact sur la circulation et le stationnement, en évitant notamment les périodes de fêtes de fin d’année et de soldes, essentielles pour l’activité des commerces de centre-ville.

La phase 1 a été réalisée de Septembre à Novembre 2020 sur le pourtour de la place.

Les phases 2 et 3 du diagnostic archéologique se dérouleront du 4 Mars au 17 Mai 2021.

Il s’agit d’une obligation réglementaire. L’objectif est de vérifier si le terrain recèle des traces d’anciennes occupations humaines susceptibles d’être détruites. Les sondages vont être effectués par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

 

Plan du diagnostic archéologique - Place Foch

Stationnement

Le stationnement sur la place Foch sera restreint pendant la durée du diagnostic. A chacune des phases, il sera possible sur une partie de la place.

Nous rappelons que les autres parkings de la Ville seront ouverts et accessibles. (Parking cathédrale, parking du théâtre, parking de l’esplanade, …)

Les 180 places SO ! Park & Shop permettent un stationnement gratuit de 45 minutes sans ticket.

Marché

Les commerçants du marché situés habituellement place Foch seront replacés place Pierre Bonhomme, rue du Minck et à l’intersection de la rue du Minck et de la rue Louis Martel.  
 

 

Rencontre avec Virginie Decoupigny, archéologue en charge du projet

Qu’est-ce qu’un diagnostic archéologique ?

Le diagnostic archéologique, émane d’une loi datant de 2001. Il vise à vérifier, en amont d’un chantier d’aménagement ou de construction, si un site contient des vestiges archéologiques. C’est une simple évaluation. On collecte quelques informations, via des études de terrain, pour savoir s’il y a des objets, comment ils sont conservés et à quelle profondeur.

Comment le diagnostic a-t-il été préparé à Saint-Omer ?

Nous savons que Saint-Omer dispose d’un riche patrimoine historique, et plus particulièrement la place Foch, qui est véritablement le cœur de la ville ancienne. Sans grande surprise, nous nous attendons à trouver des choses. Ce que l’on ne sait pas, c’est dans quel état elles sont, ni exactement où elles apparaissent. Dans un premier temps, pour définir nos secteurs d’intervention, nous avons fait des recherches dans nos cartographies et nos archives. Ces recherches nous ont permis de savoir qu’ici, avant, il y avait une Halle Echevinale, ainsi qu’une place de marché qui a fonctionné, très probablement, vers le XIIIe siècle. A partir de ces recherches, nous avons défini nos zones de sondage pour savoir s’il reste des vestiges, et dans quel état ils sont.

Quel est son planning ?

Le diagnostic archéologique, initialement prévu pendant le confinement, se découpe en deux phases : La première concerne cinq secteurs du pourtour de la place, et se déroule du 31 août au 4 décembre, la deuxième aura lieu au printemps prochain et concernera l’intérieur de la place Foch. Ce calendrier a été élaboré avec les services de la ville, pour ne pas perturber l’activité du centre-ville et des fêtes de fin d’année.

Et ensuite ?

A l’issue de ce diagnostic, on élabore un rapport que l’on envoie au service régional d’archéologie, qui est l’instance décisionnaire. Selon les résultats, les services de l’Etat prendront une décision : autoriser la poursuite des travaux, demander à modifier le projet pour préserver les vestiges ou prescrire une fouille archéologique.

Qui finance ce diagnostic archéologique ?

Il est financé par l’Etat via des subventions.